Bac Professionnel industriel

Bac Professionnel industriel

Par PHILIPPE LECLERCQ, publié le lundi 30 octobre 2017 14:35 - Mis à jour le vendredi 20 juillet 2018 10:35
Capt_180720_H100430_001.jpg
Présentation de l'épreuve ponctuelle en économie-gestion (Bac Professionnel Industriel)

Important

L’évolution de la certification ne remet pas en cause la démarche pédagogique préconisée dans le programme d’économie-gestion.
Seules les modalités de certification évoluent à compter de la session 2016.

1/ Le programme d’Économie-Gestion en baccalauréat professionnel du secteur de la production

Les compétences et connaissances en Économie-Gestion du secteur de la production sont définies par le
programme publié au bulletin officiel spécial n° 2 du 19 février 2009.

Les objectifs

- donner au futur professionnel, les outils dans les domaines économique, juridique et social nécessaires à son évolution au sein de l’organisation dans une logique de formation tout au long de la vie ;
- permettre au futur bachelier d’identifier les caractéristiques de l’environnement et du secteur de son activité professionnelle, en le sensibilisant aux dimensions économiques et juridiques qui structurent les relations entre les acteurs et les institutions ;
- lui proposer les moyens lui permettant d’intégrer un contexte professionnel donné et d’acquérir la culture et les comportements propres aux métiers et aux emplois du secteur professionnel envisagé ;
- faciliter l’acquisition de méthodes, d’outils de la réflexion intellectuelle et de compétences d’observation, d’analyse, d’argumentation et de communication ;
- contribuer à développer la citoyenneté en renforçant notamment le sens des responsabilités, la capacité à assumer ses choix et la perception de la nécessaire intégration dans la communauté nationale et européenne.

La démarche

Pour atteindre ces objectifs, la démarche revêt une importance capitale.
L’enseignement de l’Économie-Gestion est conçu en appui de la spécialité de formation et vise à élargir le champ des compétences professionnelles aux différents contextes d’exercice de l’emploi.
Le programme est donc construit autour d’un tronc commun de connaissances pour tous les baccalauréats professionnels du secteur industriel et d’un approfondissement de certaines connaissances en fonction de la spécificité du baccalauréat concerné. Ces connaissances seront abordées différemment selon le secteur d’activités (approche métiers).
Le programme est structuré par thèmes pluridisciplinaires (économie, droit, gestion des organisations, communication) conduisant à des acquisitions progressives, participant à la construction d’une représentation concrète du cadre de l’exercice du métier.
Ainsi, les compétences sont acquises en découvrant tout d’abord le contexte professionnel dans lequel s’exerce l’emploi, puis la diversité des organisations pour mettre en évidence leur caractère contingent, pour enfin appréhender d’une manière plus approfondie l’environnement économique, juridique et social dans lequel les organisations agissent.

2/ La certification

Epreuve écrite d’une durée de 2h (coefficient 1)
Le sujet comprend deux parties.
A partir d’un dossier documentaire, le candidat :
- Dans une première partie, répond à une série de questions abordant les axes du programme ;
- Dans une seconde partie, traite d’une question d’économie et de gestion au choix parmi trois propositions, en se référant à la spécialité du baccalauréat présenté.
Le candidat est évalué sur sa capacité à mobiliser ses connaissances, à exploiter et analyser des documents, à rédiger ses réponses de manière structurée et à établir le lien entre les domaines de l’économie et gestion et ceux de la spécialité professionnelle.

En prenant appui sur le dossier documentaire, le sujet (de 4 à 6 pages annexes incluses) est composé de 2 parties :

PARTIE 1

Une première partie porte sur des questions communes à toutes les spécialités des baccalauréats professionnels du secteur de la production. Les questions sont variées et peuvent porter sur les 5 axes du programme.
Les questions ne se limitent pas à un simple contrôle des connaissances mais visent essentiellement à vérifier l’aptitude du candidat à :
- exploiter et analyser des documents
- mobiliser ses connaissances

PARTIE 2

Une deuxième partie : 3 sujets au choix du candidat
Les trois propositions de sujets doivent permettre à tous les candidats de toutes spécialités confondues de choisir une question en lien avec leur spécialité (métiers du bâtiment et du bois, de l’industrie, de la maintenance, du sanitaire et social, de l’artisanat et des métiers d’art …)
Cette question doit permettre de vérifier l’aptitude du candidat à :
- rédiger ses réponses de manière structurée
- établir le lien entre l’économie-gestion et sa spécialité professionnelle de formation.
Le candidat sera guidé dans la structure de sa réponse :
Pour exemple :
- en introduction, le candidat devra préciser le secteur d’activité et le métier préparé dans le cadre de sa formation 
- le développement sera suggéré avec une proposition de thèmes à aborder
- dans sa conclusion, le candidat indiquera les avantages/inconvénients, points forts/ points de progrès, contraintes et opportunités en fonction de la contextualisation du sujet.

Il s’agit d’un contrôle ponctuel terminal. En conséquence toutes les compétences du programme ne seront pas évaluées pour un sujet donné.

Le choix de trois sujets permet dans le cadre de la formation de maintenir l’approfondissement de certaines connaissances en fonction de la spécificité du baccalauréat concerné.

Les thèmes abordés dans les sujets zéro ne sont pas exclusifs ! Les sujets zéro sont présentés en annexe de ce guide.
La répartition des points entre les 2 parties du sujet n’est pas forcément la même d’un sujet à l’autre. Elle sera appréciée selon chaque contexte par les concepteurs des sujets.

Le candidat doit prendre appui sur sa formation tant en centre de formation qu’en période de formation en milieu professionnel pour répondre aux questions posées.

Les questions peuvent également concerner le projet professionnel du jeune. Ce travail est à mener tout au long de la formation (insertion professionnelle, poursuite d’étude, création ou reprise d’entreprise).

 

 

 

Pièces jointes

À télécharger

 / 1